Les experts du Web sont recrutés pour leurs compétences et leur capacité à accompagner l’entreprise dans la concrétisation de ces projets. Pourtant, certains dénoncent l’importance donnée à la cooptation, soulignant notamment le syndrome du scarabée (On recrute ou on fait évoluer avant tout des profils qui nous ressemblent). Des tendances en pleine évolution actuellement notamment dans le domaine du Digital

 

Des experts du Web qui ressemblent aux autres spécialistes reconnus ?

Les experts du Web de demain – comme ceux d’aujourd’hui – se spécialisent dans des secteurs d’activité afin de s’imposer comme des références connues et reconnues. Cette hyperspécialisation des études dans le Digital constitue une réalité, que tous les acteurs de cet écosystème connaissent parfaitement. En revanche, lorsque le titulaire d’un titre d’Expert en Webmarketing ou d’un spécialiste reconnu de la Cyber Sécurité cherche à évoluer professionnellement parlant, ses seules compétences ne suffisent plus pour garantir cette évolution professionnelle.

Outre les compétences, le collaborateur sera aussi jugé par ses responsables directs, et les Managers dans le Digital comme dans bien d’autres secteurs d’activité ont tendance à privilégier les profils, qui leur ressemblent.

 

Une étude pour souligner l’importance de la cooptation pour l’évolution des experts du Digital

George Akerlof, prix Nobel d’économie en 2001 et professeur d’économie à l’Université Georgetown et Pascal Michaillat, professeur d’économie à l’Université Brown aux États-Unis, ont publié une étude en ce sens (« Coléoptères : promotions biaisées et persistance de fausses croyances ») démontrant une uniformisation de ces postes d’experts. En d’autres termes, les responsables favoriseraient les profils leur ressemblant, constituant au passage un handicap supplémentaire pour les profils atypiques.

 

« L’hypothèse clé de notre théorie est un phénomène que l’on appelle l’homophonie, c’est-à-dire que les gens favorisent ceux qui leur ressemblent. »

 

Ce syndrome du scarabée serait présent dès les études supérieures entreprises pour pouvoir postuler à ces postes à responsabilité. Et les réseaux d’anciens élèves, les réseaux Alumni, en seraient une des premières traces visibles.

Cette tendance survivra-t-elle à l’importance grandissante que prennent les Softs Skills dans les processus de recrutement mais aussi d’évolution professionnelle ? Une prise de conscience semble initier un changement dans l’approche des managers, bien qu’il faille attendre quelques années pour constater l’importance et la durabilité de cette approche.

Leave a Comment