Que ce soit pour terminer sa formation initiale ou pour reprendre ses études alors que l’on est déjà en activité professionnelle, la question du financement des études supérieures reste centrale à l’heure de l’orientation. Pourtant de nombreuses solutions existent.

 

Indépendamment du diplôme préparé et quel que soit le cursus choisi, le financement des études reste une problématique à laquelle sont confrontés toutes les étudiantes et tous les étudiants. Lorsque ces études relèvent du domaine de la formation professionnelle, le compte personnel de formation ainsi que tous les autres dispositifs dédiés à ces formations continues peuvent être mobilisés. En revanche pour les apprenants finissant leur formation initiale et cherchant à obtenir le diplôme de leur choix, ils doivent alors choisir entre deux grandes voies distinctes, l’une consistant à se concentrer exclusivement sur ces études, la seconde permettant de financer ces dernières par une activité rémunérée.

 

Travailler ou pas, un choix engageant le cursus des étudiants

Pour les étudiantes et étudiants, habitués et aguerris au système scolaire traditionnel, suivre des cours conventionnels constitue un atout pour leur réussite. Ils peuvent alors décider de se concentrer exclusivement sur cet enseignement, qui peut leur être dispensé en présentiel ou à distance. La professionnalisation de leur parcours sera néanmoins assurée avec l’obligation de suivre un ou plusieurs stages en lien avec leur formation. Dans ce cas-là, étudier exclut donc toute autre activité, et le financement des études devra être propre aux étudiants, qu’il provienne d’économies réalisées à cet effet ou d’un emprunt étudiant.

En revanche, pour les étudiants prêts à adopter un autre rythme sans réduire leur capacité à réussir leurs études, l’activité salarié peut représenter une solution idéale.

 

Quand travailler permet de financer ses études supérieures

On pense alors immédiatement aux « jobs étudiants », choisis par certains dans le seul but de financer leur vie étudiante. Le plus souvent, ces jobs étudiants n’ont aucun rapport avec le sujet d’étude, et ils peuvent aussi rendre le travail des étudiants plus difficiles en ce qui concerne l’acquisition des compétences et des connaissances. Une autre forme d’activité professionnelle est possible avec la généralisation de l’alternance et du contrat de professionnalisation pour les étudiantes et les étudiants. En signant un contrat avec une entreprise d’accueil, les étudiants peuvent ainsi étudier en alternance et bénéficier d’une rémunération tout en acquérant une première expérience significative.

Leave a Comment