C’est une récente étude, qui le confirme. La France a fortement gagné en compétitivité numérique depuis 3 ans. Cela s’explique par de nombreux facteurs, et la formation des étudiants dans le Digital en est un des principaux.

 

La compétitivité numérique, la capacité à relever les défis de demain

C’est une étude attendue, que vient de publier le Centre européen pour la compétitivité numérique (ESCP Business School à Berlin). Il s’agit pour ce rapport d’analyser et de classer les avancées ou les reculs de la compétitivité numérique dans tous les pays du monde, et ce sur les 3 dernières années. Cette compétitivité reste à la base des développements économiques futurs et de la capacité pour chacun de ces pays à faire face aux enjeux de demain. La formation numérique des étudiants tout comme la formation professionnelle des salariés font partie des critères essentiels pour conduire à cette mesure. La pandémie de Covid-19 a accéléré la digitalisation sur tous les continents, et pus que jamais cette compétitivité symbolise la capacité d’une économie à s’y adapter. Jusqu’à cette nouvelle édition de l’étude, trois pays occupaient le podium (Etats-Unis, Suède et Singapour) et confortaient, année après année, leur avance. L’édition 2020 souligne que seul Singapour a réussi à accroitre sa compétitivité numérique, tandis que la Suède et les Etats Unis perdaient du terrain.

 

La France à la tête des « Digital Riser », une promesse pour un avenir plus serein

L’édition 2020 a surtout mis en avant, que derrière ces 3 champions, d’autres pays s’étaient mis en ordre de marche, afin de compenser le retard accumulé depuis plusieurs années : Les Digital Riser. Et si on se concentre sur les pays du G7, la France occupe la première place de ces Digital Riser. Il serait difficile et même impossible de lister toutes les explications possibles de cette montée en compétences numérique de tout un pays. Mais la France peut se féliciter d’un programme ambitieux en matière de nouvelles technologies. Le soutien massif aux start-ups, l’accompagnement de projets phares comme la French Tech ou encore les efforts consentis dans la formation digitale des plus jeunes mais aussi la formation continue de tous les actifs apparaissent comme les grandes réussites du pays.

En revanche, il serait illusoire de croire, que la digitalisation de nos économies bénéficie à tous les pays, puisque dans le même temps (2017-2019), l’Allemagne et l’Italie, par exemple, perdaient en compétitivité numérique.

 

Les études dans le numérique, fer de lance de l’ambition d’une montée en compétences

Certes, la France forme de plus en plus d’experts du web dans tous les domaines. Il suffit pour s’en convaincre d’observer la multiplication des diplômes reconnus comme Bac + 5, notamment par l’Institut de formation F2I. Ces spécialisations garantissent de pouvoir répondre aux enjeux de demain, comme par exemple en ce qui concerne la Blockchain, une innovation de rupture présentée comme majeure dans l’écosystème du Digital.

Mais cette montée en compétences ne résulte pas uniquement de ces diplômes mais se traduit par une évolution de tous les cursus des études supérieures. L’ex BTS MUC (Management des Unités Commerciales) est ainsi devenu BTS MCO (Management Commercial Opérationnel) pour pouvoir répondre aux nouvelles exigences. Se former à la négociation et relation client (BTS NRC) fait désormais la part belle à la Digitalisation (BTS NDRC pour Négociation et Digitalisation de la Relation Client). C’est en faisant monter en compétences tous les étudiants dans le numérique, que la France a pu ainsi accroitre sa compétitivité, grâce notamment aux efforts de l’Institut F2I, qui reste toujours mobilisé pour « écouter » et anticiper les grandes tendances du monde de demain.

 

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.