Toute étudiante et tout étudiant fraichement diplômé doit alors franchir un ultime obstacle pour s’insérer sur le marché du travail : être recruté. L’entretien de recrutement représente alors l’étape ultime de ce parcours, et si la grande majorité des étudiants s’y prépare depuis des années, un aspect de ce rendez-vous est trop souvent délaissé : les questions à poser au recruteur.

Décrocher son premier emploi, franchir le cap de l’entretien de recrutement

Quel que soit le niveau du diplôme obtenu, et quelle que soit la spécialité suivie, l’étudiant doit se préparer, à l’issue de ses études supérieures, à un nouveau défi : l’entretien de recrutement. Si tous les étudiants ont appris à bien présenter leur CV et à bien rédiger leur lettre de motivation, l’entretien de recrutement doit être préparé avec autant de minuties. Nous ne reviendrons pas sur l’importance de bien connaître l’entreprise (et donc d’effectuer des recherches au préalable) ni même sur l’absolue nécessité de détailler les atouts de son profil. Si vous avez suivi des études en alternance, vous devrez donc insister sur cette première expérience professionnelle et sur votre capacité à vous adapter à presque toutes les situations. Cette préparation fait partie intégrante des missions de l’étudiant. Mais au-delà de cette préparation, il faut aussi veiller à vous distinguer des autres candidats, en anticipant les questions gênantes ou déstabilisantes, que le recruteur sera amené à vous poser mais aussi en veillant à identifier les questions à éviter, ou tout du moins à poser avec délicatesse lors de ce rendez-vous.

Préparer les questions à poser au recruteur, une nécessité pour optimiser ses chances

Par définition, cet entretien doit permettre au responsable des ressources humaines de mieux vous connaître et de dépasser la simple lecture du CV. Il doit aussi vous donner l’occasion d’obtenir les réponses aux doutes que vous avez encore, après avoir mené vos recherches sur l’entreprise et le poste, auquel vous postulez. Pour les deux parties, les questions sont donc naturellement nombreuses et variées. Il n’empêche que le recruteur établit le fil conducteur de cet entretien, en réservant, le plus souvent, un temps consacré à ces questions – réponses. Vous ne devez pas ainsi l’interrompre pendant sa présentation, mais noter les interrogations soulevées pour y revenir au moment opportun.

Parce que vous allez éventuellement vous engager, vous pouvez poser toutes les questions possibles sur le poste et les missions, qui vous sont proposés. Prenez soin toutefois de ne pas poser une question, à laquelle le recruteur a déjà répondu dans sa présentation. Si vous devez arriver à l’entretien avec la liste des questions à évoquer et la compléter avec celles vous venant en tête au cours de l’entretien, vous devez aussi penser à supprimer celles qui n’ont plus lieu d’être.

De même s’agissant des questions sur l’entreprise, vous pouvez aussi soulever d’éventuelles questions gênantes, notamment en ce qui concerne l’identité de la marque. Autant éclaircir un point de désaccord (par exemple sur l’engagement société ou écologique de la société) avant de vous engager afin d’éviter tout risque de confusion. Pour le recruteur, cela attestera de votre implication et de votre volonté de vous projeter dans un avenir de manière sereine et réfléchie.

Les interrogations sur la rémunération sont légitimes et attendues de la part du recruteur. En revanche, évitez absolument d’entrer dans les détails, surtout s’il s’agit du premier entretien. Questionner le recruteur sur le montant des tickets restaurant par exemple peut apparaître comme incompatible avec la discussion sur un projet au long cours.

De même, vos interrogations légitimes sur votre évolution professionnelle doivent être posées sans nécessairement concentrer toute votre attention. Le recruteur ne doit pas être amené à vous catégoriser par votre seule ambition mais bien dans la relation évolutive à construire dès votre embauche.

Vous comprenez ainsi, qu’il n’existe pas véritablement de questions à ne pas poser et les tabous n’existent pas réellement dans ce type d’entretien. En revanche, il est essentiel de poser au moins une ou deux questions, car si vous ne le faites pas, le recruteur pourra naturellement penser que tout est compris et assimilé de votre part, ce qui, dans la quasi-totalité des cas, est impossible avant cet entretien, d’où la nécessité de bien se préparer en amont.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.