Pouvoir choisir une formation initiale ou continue qui réponde aux attentes des entreprises, voilà l’ambition de tous les étudiants et de tous les salariés. Les spécialistes reconnus soulignent les grandes orientations que devrait suivre, dans les mois et les années à venir, l’éco-système du Web.

Le numérique, un enjeu majeur pour l’économie nationale mais aussi pour l’avenir du pays

Si on évoque souvent l’impact de la transformation digitale sur notre économie, cette (r)évolution moderne implique de profondes mutations sur l’organisation même de notre société. De nouvelles problématiques sont soulevées et il faut y apporter des réponses adaptées. C’est une des missions de la Commission d’enquête du Sénat sur la souveraineté numérique de la France. La formation professionnelle des salariés tout comme les cursus proposés par les écoles du web et autres organismes de formation aux étudiants d’aujourd’hui doivent permettre au pays de conserver cette indépendance. C’est notamment une des raisons, qui a poussé cette Commission a auditionné Monsieur Christian Nibourel, Président de la Commission mutations technologiques et impacts sociaux du Medef. Pour ce spécialiste de l’éco-système du Digital, les compétences sont au cœur et à la base de cette politique ambitieuse, que les autorités publiques ont décidé de mettre en œuvre.

 

Garantir des compétences élevées dans le Digital tout en anticipant sur les nouvelles technologies

Comme le confirme Mr Nibourel, les salariés des entreprises ont besoin d’être formés au numérique et ce à tous les niveaux. Si les entreprises ont besoin d’experts spécialisés, que ce soit dans le domaine du marketing Digital ou dans celui de la conduite de projet Web elles ont également besoin que leurs collaborateurs soient initiés aux contraintes et aux spécificités du web et du Digital. A ce titre, la profession continue s’impose comme aussi importante que les études initiales, puisqu’elle permet en effet de rester à la pointe des connaissances et des innovations. Mais cette nécessité de formation n’est pas suffisante puisqu’elle ne garantit qu’un maintien à niveau, et qu’en matière de transformation, il faut anticiper. L’avenir passera nécessairement par les technologies innovantes, qui se font jour, que ce soit celles liées à l’intelligence artificielle, l’ordinateur quantique, la Blockchain, …

Et en matière de prévisions, la Cyber sécurité s’impose comme un des enjeux des années à venir. Aussi les formations permettant aux étudiants de devenir des experts en Cyber Sécurité attirent les plus ambitieux.  Et cette cyber sécurité est essentielle pour notre pays qui souhaite conserver son autonomie dans le domaine digital. Mr Nibourel souligne même la nécessité de prendre de l’avance et d’agir rapidement car il prévient que « dans la cyber sécurité, il faut des thésards et des doctorants. Si le monde universitaire prend 3 ans pour faire sa révolution c’est trop tard ».

Une fois le défi de la Cyber Sécurité relevé, la formation en France devra alors permettre aux étudiants et aux salariés de s’attaquer à un autre des enjeux des années à venir : l’intelligence artificielle. Le traitement et l’utilisation des données s’impose alors comme une composante essentielle pour pouvoir profiter pleinement des opportunités qui s’annoncent. On connait donc les grandes tendances en matière de métiers du web de demain, et les salariés comme les étudiants doivent anticiper ces évolutions que l’on nous prédit.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.